Grève historique en Inde : les paysans tiennent le siège de New Delhi

Mondeindegrèves«Nous sommes des fermiers, pas des terroristes», pouvait-on lire sur des pancartes, lors de la manifestation, mardi, à Mumbai. © I. Mukherjee/AFP

Mercredi 9 Décembre 2020Lina Sankari

Nouvelle journée de grève, ce 8 décembre. Le blocus a contraint le gouvernement à négocier une loi révélatrice de l’évolution du capitalisme indien. Les paysans continuent de rejeter les propositions d’amendement et demandent l’abrogation pure et simple du texte. Le point sur un mouvement historique par son ampleur.

C’est le retour du lathi, ce bâton brandi par la police et honni des manifestants. Il y a quelques jours, la photo d’un paramilitaire se préparant à frapper un vieil agriculteur dans le nord-ouest de Delhi a largement circulé et contribué à renforcer la colère contre le gouvernement de Narendra Modi. Mardi, les paysans appelaient ainsi à une nouvelle grève générale après celle, historique, des 26 et 27 novembre, au cours de laquelle 250 millions de personnes avaient convergé. Engagés depuis septembre contre la loi de libéralisation de la commercialisation des produits agricoles, qui les livrent à l’agrobusiness et ses spéculateurs, alors que les récoltes faisaient jusqu’alors l’objet de prix régulés sur les marchés régionaux, les paysans indiens continuent de bloquer les accès des différentes provinces à la capitale New Delhi. Lire aussi : En Inde, la plus grande grève de

Cet

  • 863