Inde : des milliers de femmes donnent de la voix à la contestation agricole

Les agriculteurs exigent que le Premier ministre Narendra Modi fasse marche arrière sur ses réformes du marché agricole qui ouvrent aux groupes privés un marché jusqu’alors contrôlé par l’Etat, lequel assurait aux agriculteurs un revenu minimum (photo : AFP).

L’agriculture en Inde est généralement considérée comme une affaire d’hommes, mais des milliers de figures féminines surgissent dans les manifestations d’agriculteurs et donnent aussi de la voix à la contestation des réformes agricoles du gouvernement de Narendra Modi.

Des femmes de tous âges, de toutes professions, de toutes conditions – bergères, travailleuses agricoles, citadines, vieilles dames en fauteuil roulant – toutes bravent les températures hivernales glaciales aux côtés des agriculteurs pour obtenir du gouvernement qu’il abroge ses réformes du marché agricole.

Les agriculteurs exigent que le Premier ministre Narendra Modi fasse marche arrière sur ses réformes du marché agricole qui ouvrent aux groupes privés un marché jusqu’alors contrôlé par l’Etat, lequel assurait aux agriculteurs un revenu minimum.

“Je me bats pour mes enfants et mes petits-enfants”, déclare Parminder Kaur, 40 ans, qui clame des slogans le jour dans les manifestations et participe à la confection de chapatis et de curry le soir venu pour les dizaines de milliers de contestataires.

Présences discrètes du monde agricole indien, les femmes sont nombreuses pourtant à travailler la terre, mais sans voix au chapitre. Selon l’ONG Oxfam, 85% des femmes en zones rurales ont des activités agricoles, mais seules 13% d’entre elles possèdent une terre. En revanche, plusieurs études montrent qu’elles sont les plus nombreuses à souffrir de pauvreté, de discrimination et de violence domestique.

Mme Parminder, elle, se dit fière de la façon dont les femmes “marchent aux côtés” des hommes pour défendre le milieu rural. Sa famille ne possède que 8.000 m2 de terre où elle cultive du blé mais dit-elle “la terre c’est tout pour nous, elle est comme notre mère. Ils veulent nous l’arracher, comment pourrions-nous laisser faire ça ?”.

“Tension et violence”

Bien qu’elles ne possèdent pas la terre, elles redoutent des pertes de revenus découlant des réformes, relève Ranjana Kumari, qui dirige le Centre d’études sociales, une ONG basée à Delhi.

“Lorsque le revenu familial baisse, c’est la santé et le bien-être des femmes qui en pâtissent le plus. Une diminution des revenus signifie également plus de tension et de violence de la part des hommes”, ajoute-t-elle, “c’est ce qui explique leur colère et qu’elles la manifestent contre ces lois”.

Rana Bhatti, qui vient d’une famille d’agriculteurs de l’État de Haryana (nord), pense que les manifestations sont l’occasion pour les femmes de faire valoir leur propre résistance.

“Je pense que le temps est venu pour nous de monter en première ligne et de défier ce gouvernement arrogant”, déclare-t-elle, tout en ouvrant la marche d’un groupe de femmes qui brandissent bannières et pancartes. Sur l’une d’elles se lit: “Pas d’agriculteurs, pas de nourriture, pas d’avenir”.

Mme Ranjana estime que les femmes sont plus au fait des affaires politiques que jamais, une tendance dont la formation Bharatiya Janata de Modi a su tirer parti au vu de ses deux victoires électorales.

“A observer la façon dont les femmes se joignent à ces manifestations, on perçoit leurs aspirations et leur besoin d’être entendues”, dit-elle, “elles affirment qu’elles n’accepteront pas les choses sans se battre.”

La cause des agriculteurs accueille également un contingent de citadines, à l’instar de Jassi Sangha, 33 ans. Portant un jean, couverte d’un châle, cette artiste-cinéaste participe aux manifestations depuis le début. Elle contribue à la publication d’un journal bimensuel pour les fermiers et organise l’éducation des enfants sur le campement. Mme Jassi s’est sentie concernée par la contestation dès qu’elle en a entendu parler. “J’ai quitté mon travail et je suis venue ici”, explique-t-elle, “nous devons nous battre sinon c’est fini.”

Le gouvernement a appelé les manifestants à renvoyer les femmes, les enfants et les personnes âgées dans leurs foyers, loin de ces campements de fortune, car l’Inde connaît l’un des hivers les plus froids de ces trois dernières décennies. Mais Parminder Kaur, qui a deux enfants, a prévenu qu’elle resterait “longtemps” : “au moins, nous pouvons dire fièrement aux générations futures que nous avons fait entendre notre voix”.

AFP

Source: Inde : des milliers de femmes donnent de la voix à la contestation agricole | Le Quotidien

  • 863